cover

 

 

Télécharge

le 1er numéro

cover

 

 

Télécharge

Tapage #3

tapage 06

 

 

TAPAGE est un magazine différent : exit le shopping, les stars et le superficiel ! TAPAGE est un magazine surprenant comme ses journalistes âgés de 12 à 20 ans qui choisissent les sujets, réalisent les entrevues et écrivent les articles. TAPAGE est un magazine qui s'intéresse au monde qui nous entoure et qui vise aussi à améliorer les choses. Avec TAPAGE, on peut se faire entendre, faire du bruit et prendre notre place.

Jui05

Pornographie : fiction sexuelle

Les dangers de la pornographie sous la loupe

La pornographie sur Internet est regardée par des adolescents de plus en plus jeunes. Notre sexologue explique les pendants cachés de la pornographie et de ses dangers associés.

Avec la collaboration de Sabrina Gasper-Barbant, sexologue

 

La pornographie ça sert à quoi?


SGB : La pornographie sert à mettre en image tous les fantasmes sexuels des gens. Des plus simples aux plus audacieux en passant, parfois, par les plus dégoûtants. Avant, les curieux de moins de 18 ans devaient se procurer des revues ou des films « cochons » en cachette. Depuis Internet, l'univers de la pornographie est devenu facilement accessible à tous et toutes. Mais peu importe l'époque, la pornographie a un effet intriguant sur les gens. Probablement parce que le sujet de la sexualité est encore tabou dans bien des familles et à l'école, mais aussi parce que la pornographie ose mettre en scène des choses que les gens ne pourraient voir autrement.

Est-ce que c'est dangereux de regarder de la pornographie?


SGB : Regarder de la pornographie, soit dans les revues, les films ou sur Internet, alors que la personne débute sa vie sexuelle n'est pas dangereux en tant que tel. Cela peut satisfaire une certaine curiosité. Par contre, le danger existe dans le cas où la personne fait son éducation sexuelle en regardant de la pornographie. Si elle essaie de reproduire ce qu'elle a vu, là c'est problématique. Il est essentiel de savoir que la pornographie ne représente pas la vraie vie et que tout est truqué.

Vous avez dit : truquée, la pornographie?


SGB : La plupart du temps, dans les films, les acteurs ne parviennent pas à l'orgasme. Il peut être difficile parfois de trouver l'orgasme en toute intimité alors imaginez sur un plateau de tournage avec 20 personnes autour! Tout est arrangé : la mise en scène et le scénario. Même le sperme est faux ! Les corps des acteurs ne représentent pas non plus la réalité : ils sont souvent plus musclés, avec de plus gros seins pour les femmes, de plus gros sexes pour les gars et un corps sans poils, ou presque, pour les deux sexes. Quand on sait tout ça, on devient déjà plus critique, on est moins amené à vouloir reproduire la même chose dans sa vie sexuelle.

Quelles images de la vie sexuelle la pornographie montre-t-elle?


SGB : La pornographie met souvent l'accent sur la performance et la domination. La relation sexuelle sera torride, les partenaires seront rapidement excités, l'un sera dominant et l'autre, dominé, ils prendront toutes sortes de positions, ils ne seront pas gênés de se déshabiller, ils auront plusieurs (faux !) orgasmes souvent avec plusieurs personnes en même temps et la relation sexuelle durera des heures et des heures sans arrêt. Encore une fois, une relation sexuelle dans la vraie vie ne se déroule pas ainsi.

En quoi, en étant adolescents, on risque d'être déstabilisés si on veut reproduire la même chose que ce que l'on voit dans les films pornographiques?


SGB : Les ados vont s'apercevoir que l'excitation sexuelle n'arrive pas nécessairement sur commande, qu'il est souvent gênant de se déshabiller devant quelqu'un et, encore mille fois plus gênant, d'apprécier son orgasme en se laissant aller devant l'autre. Les gens vont se contenir parce que l'orgasme, c'est une façon de se dévoiler à l'autre, c'est très intime.

Voici quelques exemples de ces déformations de la réalité :

  •  Dans la porno, on voit souvent la fille crier lorsqu'elle atteint l'orgasme, alors que ce n'est pas nécessairement le cas dans la réalité, bien au contraire.
  •  Dans la porno, les partenaires stimulent presque uniquement les parties génitales et non tout le corps. Les jeunes qui font leur apprentissage en regardant de la porno peuvent avoir tendance à banaliser l'importance de caresser plusieurs parties du corps.
  •  Dans la porno, un des partenaires, souvent le gars, va être dominant pour contrôler l'autre. Les rapports ne sont pas égalitaires et les rôles sexuels sont stéréotypés. La communication est inexistante et la protection (aux ITS et aux grossesses) aussi.
  •  Dans la porno, il n'y a pas d'amour, pas de tendresse, pas d'intimité, pas de pudeur, pas de discussion, pas d'union, pas de respect du corps, pas de plaisir réel, pas de protection. Bref, il n'y a pas tout ce qui est agréable et important de partager avec une autre personne, qu'on soit en couple ou non (pour une relation d'un soir, ou avec un [e] ami [e]).

 

Existe-t-il des cas où la pornographie peut être utile?


SGB : Dans un monde idéal, la pornographie ne devrait jamais être utile pour toutes les raisons nommées ci-haut. Bien sûr, dans la réalité, on peut penser, par exemple, que la porno peut être utile aux donneurs de spermes (pour les aider à fournir un échantillon). Mais encore là, ces derniers parviendraient aussi bien à l'éjaculation s'ils utilisaient davantage leur imaginaire.

Peut-on devenir facilement dépendant de la pornographie?


SGB: C'est surtout lorsque les gens ressentent un quelconque plaisir à consommer de la porno qu'il peut y avoir un risque de dépendance. La recherche et l'atteinte du plaisir peuvent donner envie de recommencer de plus en plus souvent. Chaque personne doit être attentive à ses comportements pour éviter qu'ils deviennent abusifs à son insu. Il faut savoir aussi que la porno est tellement vaste et diversifiée dans ses scénarios, que les gens peuvent développer l'envie d'en voir « de la toujours plus intense (hard) ». Il est important de rester attentif à cette éventualité parce que les gens peuvent se rendre très loin sans vraiment s'en rendre compte.

Voici quelques ressources fiables sur la sexualité :

 

Quelques chiffres

D'après une enquête, au Canada, l'âge moyen de la première consommation pornographique est de 13 ans pour les filles et 12 ans pour les garçons. 57 % des jeunes ont vu leurs premières images pornographiques entre l'âge de 8 et de 13 ans.

Enquêtes

Selon une enquête de Statistique Canada , plus les jeunes consomment tôt de la pornographie et plus ils demandent à leur partenaire de reproduire les actes sexuels vus dans la pornographie (particulièrement la sodomie, le triolisme et l'éjaculation faciale). Ce qui peut également entraîner une certaine anxiété sur l'image de leur corps et de leur capacité physique.

Pornographie : fiction sexuelle

À propos de l'auteur

Au calendrier

 

Les Journées de la persévérance scolaire (JPS)
du 13 au 17 février 2017



Les journalistes

TAPAGE est un magazine surprenant comme ses journalistes âgés de 12 à 20 ans qui choisissent les sujets, réalisent les entrevues et écrivent les articles.

Les partenaires

TAPAGE tient à remercier ses partenaires.

5950826016 profiles 1202SHAvatarFemalePink 4319 909409 xlarge xlarge

Tu veux collaborer ?

Deviens Journaliste !
male

Tu veux collaborer ?

Deviens Journaliste !